Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Liberté pour Khaled Drareni !

Liberté pour Khaled Drareni !

dimanche 6 septembre 2020, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis sa condamnation le 10 août dernier, Khaled Drareni, correspondant de TV5Monde et Reporters sans frontières en Algérie, est devenu un symbole du combat pour la liberté de la presse. Poursuivi pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale » après avoir couvert les manifestations du Hirak, il a été condamné à trois ans de prison ferme. Sa famille, ses amis et ses collègues, dont ceux de TV5Monde, réclament sa libération.

Pétition : Free Khaled Drareni - Libérez Khaled Drareni - بيان من اجل سراح خالد درارني
https://www.change.org/p/chekib-drareni-lib%C3%A9rez-khaled-drareni-free-khaled-drareni

« La première apparition de Khaled sur TV5Monde remonte à 2016 dans Maghreb-Orient Express (MOE) », se souvient Xavier Marquet, rédacteur en chef du magazine. Très vite, Khaled se fait une place sur la chaîne et travaille également pour le Journal Afrique et les journaux internationaux. « Toutes ces années, Khaled Drareni a pu nous informer sur tout ce qui se passait en Algérie. L’actualité culturelle, sportive, économique, politique, l’affaire de Miss Algérie, la coupe d’Afrique des nations en 2019 et le Hirak évidemment », rappelle Xavier Marquet.

L’Algérie, son combat

Le 22 février 2019 marque un nouveau tournant dans la vie de Khaled Drareni. Lui qui n’a jamais voulu quitter l’Algérie assiste à l’émergence soudaine du Hirak. « Ce qu’il s’est passé en Algérie est incroyable et complètement imprévisible. Personne ne s’attendait à cette révolution, celle d’un peuple qui se soulève de façon pacifique et civilisée. On était loin de l’image du printemps arabe. On pouvait enfin dire : »Le pays peut se soulever sans en arriver au chaos« et je pense que c’est ce qui a charmé Khaled », affirme la journaliste Lynda Abbou. 
Effectivement, cette nouvelle Algérie, Khaled y croyait, peut-être même qu’il l’espérait. Pendant plus d’un an, il sera tous les vendredis sur le lieu des manifestations, pour raconter cette page de l’histoire.
Le 7 mars 2020, tout s’arrête brutalement. Khaled est placé en garde à vue, poursuivi pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale ». Le 10 août dernier, le verdict tombe, il est condamné à 3 ans de prison ferme et 50 000 dinars d’amende. Selon Slimane Zeghidour, « c’est la plus lourde peine à laquelle un journaliste ait été condamné depuis l’indépendance de l’Algérie ». Partout dans le monde on s’indigne. « C’était un devoir de couvrir le Hirak. Khaled n’a fait que son devoir de journaliste », s’insurge Kamel Zaït.

C’est son indépendance qui l’a mené en prison

Journaliste respecté, libre et indépendant, Khaled Drareni est aussi très populaire. « En Algérie, très peu de journalistes ont couvert le Hirak et ceux qui l’ont fait ont obligatoirement un bon lien avec le peuple », souligne Lynda Abbou. Très actif sur les réseaux sociaux, il s’est imposé comme une source fiable de la couverture du Hirak pour les médias nationaux et internationaux
Comme le rappelait Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, Khaled Drareni a subi de nombreuses pressions : « C’est un journaliste qui a su rester indépendant alors qu’il subissait un harcèlement judiciaire. Avant sa garde à vue, il en a eu dix autres. Il a aussi subi du chantage, du harcèlement ». Pour autant Khaled Drareni n’a jamais cessé d’exercer son métier de journaliste jusqu’à son incarcération le 29 mars 2020.

Le jour du verdict Khaled Drareni est resté calme. Sa consœur Lynda Abbou était présente dans la salle, elle se souvient avec émotion de ce jour « particulier ». « Lorsque la juge a annoncé le verdict, tout le monde était sous le choc, Khaled lui, n’a rien dit ».
La seule réponse du journaliste sera une main tendue en l’air avec le V de Victoire. Un signe qui symbolise aujourd’hui un point de ralliement pour tous les défenseurs de la liberté de la presse. Comme dans le poème de Paul Eluard : ils crient et écrivent « Liberté »… pour Khaled Drareni.

https://information.tv5monde.com/afrique/khaled-drareni-j-ecris-ton-nom-373245

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.